Champignons : attention aux intoxications !

Près de 550 cas d’intoxications liés à la consommation de champignons ont été recensés depuis le 1er juillet 2013 par l’Institut de veille sanitaire. L’InVs recommande la plus grande prudence, en particulier en cas de doute sur leur identification.

546 cas d'intoxications liées à la consommation de champignons ont été recensés depuis le 1er juillet.

“Ne consommez jamais un champignon dont l’identification n’est pas certaine !“ C’est en ces termes que l’Institut de veille sanitaire (InVs) a décidé d’alerter la population quant à la consommation de

champignons. Entre le 1er juillet et le 6 octobre 2013, 546 cas d’intoxications ont été recensés, dont un cas grave chez un enfant de 18 mois ayant nécessité une greffe du foie.Les conditions météorologiques de ces derniers mois ont été propices à la poussée de champignons. De part cette profusion, les cas d’

intoxications enregistrés par le réseau des Centres antipoison et de toxicovigilance (CAPTV) sont en très forte augmentation. Selon l’InVs, ces intoxications sont dues en grande majorité à une confusion entre champignons comestibles et non comestibles.  Précautions et recommandations
L’Institut rappelle donc que certaines précautions sont à suivre lors de la cueillette et de la consommation de champignons :
–          Ne ramasser que les champignons parfaitement connus, en prenant garde à les différencier de champignons non comestibles parfois très similaires ;
–          En cas de doute, ne jamais les consommer sans les avoir fait contrôler par un spécialiste (pharmacien, associations ou sociétés de mycologie…) ;
–          Cueillir uniquement les spécimens en bon état et les prélever dans leur totalité (chapeau et pied) pour faciliter leur identification ;
–          Ne pas effectuer de cueillette près de sites pollués (bords de route, décharges, aires industrielles, etc.) car les champignons concentrent les polluants ;
–          Déposer les champignons séparément et par espèce, dans une caisse ou un carton, et pas dans un sac plastique qui accélère le pourrissement ;
–          Se laver soigneusement les mains après une cueillette ;
–          Conserver les champignons à part au réfrigérateur et les consommer dans les deux jours après la cueillette ;
–          Consommer les champignons en quantité raisonnable, après une cuisson suffisante et jamais crus.Que faire en cas d’intoxication ?En cas d’intoxication, les symptômes apparaissent assez rapidement : diarrhée, vomissements, nausées, tremblements, vertiges, troubles de la vue, etc. Les intoxications liés à la consommation de champignons peuvent avoir de graves conséquences sur la santé : troubles digestifs sévères, atteintes du foie pouvant nécessiter une greffe. Elles peuvent dans certains cas être mortelles.Dès l’apparition de symptômes et en cas de doute, l’InvS conseille d’appeler immédiatement le Centre anti-poison le plus proche ou le Centre 15. Afin de faciliter le travail des professionnels de santé et de permettre la meilleure prise en charge possible, il est recommandé de noter les heures du ou des derniers repas et l’heure de survenue des premiers symptômes, et de conserver les restes de la cueillette pour que les champignons soient identifiés.
Sites utiles :
Société française de mycologie :

www.mycofrance.org
Centres antipoison et de toxicovigilance (CAPTV) :

www.centres-antipoison.netViolaine BadieSource : Communiqué de l’Institut de veille sanitaire, 12 octobre 2013

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *