La baisse des prescriptions de pilules de 3ème et 4ème génération se poursuit

Pour le sixième mois consécutif, l’Agence nationale de sécurité du médicament a rendu publique l’évolution des prescriptions de contraceptifs oraux combinés (COC). La tendance observée les mois précédents se poursuit, avec une forte baisse des ventes des COC de 3ème et 4ème génération. Les risques d’embolie pulmonaire liés aux COC de 3ème génération sont confirmés.

Les prescriptions de pilules de 3ème et 4ème génération continuent de chuter.

Les prescriptions des contraceptifs oraux combinés (COC) de 3ème et 4ème génération continuent de chuter au mois de mai, avec une baisse observée de 43 %, selon les chiffres de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). En parallèle, les ventes de COC de 1ère et de 2ème génération augmentent de 34 %. L’ANSM publie désormais mensuellement l’évolution de ces prescriptions. Elle a constaté qu’en mai dernier, les

pilules de 1ère et 2ème génération représentaient 73 % des prescriptions et celles de 3ème et 4ème génération seulement 27 %. Depuis le mois de décembre (début de ces états des lieux), les COC de 2ème génération (teneur en

œstrogènes de 20 µg d’éthinylestradiol) ont progressé de plus de 90 %.En ce qui concerne les autres contraceptifs oestroprogestatifs non oraux (comme les

anneaux vaginaux), ils affichent une baisse de 11 % en mai. Les ventes d’autres dispositifs (

implants,

stérilets) augmentent quant à elles de 25 %. La hausse la plus marquée concerne les

dispositifs intra-utérins (DIU) au cuivre. Leurs ventes ont progressé de 43 % en un mois. Les ventes de

contraceptifs, hors préservatifs, ont globalement baissé de 3,7 %.Risques liés aux COC de 3ème générationLa Caisse nationale de l’assurance maladie (Cnamts) vient également de faire paraître son étude des risques des différentes générations de COC. Cette étude, portant sur plus de quatre millions de femmes confirme que le risque d’

embolie pulmonaire est doublé avec des COC de 3ème génération par rapport à ceux de 2ème génération. Ces derniers sont également associés à des risques moindres d’

infarctus du myocarde.Violaine BadieSource : Agence nationale de sécurité du médicament : “Plan d’actions sur les contraceptifs oraux combinés – point de situation à juin 2013“ (

communiqué en ligne)Click Here: Cardiff Blues Store

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *