Recul des dépenses de santé en Europe

Si les dépenses de santé ont globalement redémarré en 2012 pour l’ensemble des pays de l’OCDE, elles reculent en Europe, en particulier à cause de la réduction des dépenses de médicaments qui se poursuit. Détails des statistiques publiées lundi par cette organisation.

En Europe, les dépenses de santé ont continué leur recul en 2012 en Grèce, en Italie, au Portugal et en Espagne, de même qu'en République Tchèque et en Hongrie.

Après une stagnation ou une réduction dues à la crise, les dépenses de santé représentaient en 2012, 9,3% du PIB en moyenne dans les 34 pays membres de l’OCDE, contre 9,2% en 2011. Elles ont toutefois augmenté par rapport à leur niveau d’avant la crise (8,6%), selon les statistiques de l’Organisation de coopération et de développement économiques sur la santé 2014.En France, les dépenses de santé représentent 11,6% du PIBGrâce au déremboursement de médicaments et l’augmentation des génériques, la France a réduit ses dépenses de santé en 2012. Néanmoins, le taux national était de 11,6% du PIB en 2012, le niveau le plus élevé parmi les pays de l’OCDE, après les États-Unis (16,9%) et les Pays-Bas (11,8%).En Europe, les dépenses de santé ont continué leur recul en 2012 en Grèce, en Italie, au Portugal et en Espagne, de même qu’en République Tchèque et en Hongrie. En Grèce, elles étaient, en termes réels (c’est-à-dire hors inflation), inférieures de 25% à leur niveau de 2009, “principalement en raison des coupes dans les dépenses publiques“.Augmentation logique dans les pays oeuvrant à un meilleur accès aux soinsDans d’autres régions du monde en revanche, la tendance est à la hausse : au Chili et au Mexique par exemple, avec des augmentations respectives de dépenses de santé en 2012 de 6,5% et 8,5%, en grande partie liée à “la poursuite des efforts en vue d’assurer une couverture d’assurance maladie universelle et l’accès de tous aux soins“, explique l’OCDE.Les génériques favorisent les économiesPrès de deux tiers des pays de l’OCDE enregistrent un recul en termes réels de leurs dépenses de produits pharmaceutiques depuis 2009 et cette réduction a contribué au ralentissement général des dépenses de santé ces dernières années.Progression annuelle des dépenses de médicaments, en termes réels

Ces réductions s’expliquent notamment par le déremboursement de certains médicaments, des réductions du prix de certains médicaments et le développement du marché des génériques, lié à la fois à l’expiration des brevets pour certains médicaments et la promotion de l’utilisation des génériques auprès des patients, médecins et pharmaciens“.Entre 2008 et 2012, la part de marché des génériques a augmenté en moyenne de 20%, pour atteindre 24% des dépenses totales de produits pharmaceutiques en moyenne. Cette hausse est particulièrement importante en Espagne (+100%), en France (+60%), au Danemark (+44%) et au Royaume-Uni (+28%).AFP/RelaxnewsSources : Les dépenses de santé recommencent à augmenter mais restent faibles en Europe, selon l’OCDE – Communiqué de l’OCDE – 30 juin 2014 (

accessible en ligne)

Statistiques de l’OCDE sur la santé 2014 – OCDEPhoto : ©Alexander Raths/shutterstock.ComClick Here: United Kingdom Rugby Jerseys

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *