Trop dormir et rester assis augmentent le risque de mort prématurée

Une étude rendue publique cette semaine est porteuse de bien mauvaises nouvelles pour celles et ceux qui aiment faire la grasse matinée. Dormir plus de neuf heures par nuit et rester assis plus de sept heures pendant la journée sont deux activités qui augmentent le risque de mort prématurée, selon le Sax Institute, en Australie.

Dormir en excès et rester assis trop longtemps multiplient par 4 le risque de mort prématuré chez l'adulte.

Même si les effets du

sommeil et de la position assise ont déjà été analysés, cette étude est la première à démontrer comment la combinaison de ces deux facteurs agit sur la vie quotidienne.Le comportement de plus de 230 000 personnes évaluéPour évaluer leurs effets, l’équipe de recherche s’est penchée sur les comportements de plus de 230.000 Australiens participant à l’enquête “45 and Up“, la plus grande étude réalisée en Australie sur la santé de la population adulte du pays alors qu’elle vieillit.Les chercheurs ont examiné des habitudes déjà connues pour augmenter le risque de décès prématuré  et de maladie comme

le tabagisme ,

l’alcoolisme, le déséquilibre alimentaire et le manque d’exercice physique, et ils y ont ajouté le fait de rester assis trop longtemps et de dormir trop ou trop peu. L’objectif était de déterminer la manière dont les différentes combinaisons de ces deux comportements peuvent augmenter le risque de mort prématurée.Un risque de mort prématurée multiplié par 4Les résultats de l’étude publiés dans la revue PLOS Medicine du 8 décembre 2015 montrent que dormir excessivement et rester trop longtemps en position assise est encore plus risqué pour la santé lorsque s’y ajoute le manque d’exercice. Se crée alors un “effet compte triple“ qui rend l’individu quatre fois plus susceptible de mourir prématurément qu’une personne n’ayant pas ces comportements.Un autre “effet compte triple“ est notable : le mélange de tabagisme, d’une consommation élevée d’alcool et de manque de sommeil (moins de 7 heures par nuit) augmente également le risque de décès prématuré d’un facteur 4.La combinaison d’autres facteurs, néfaste pour la santéEn outre, l’étude a aussi mis en évidence d’autres combinaisons néfastes, pouvant doubler le risque de mort prématurée, parmi lesquelles :- Être inactif physiquement + dormir trop- Être inactif physiquement + s’asseoir trop longtemps- Fumer + consommer beaucoup d’alcoolPrendre en compte tous les comportements à risqueLe professeur Adrian Bauman, co-auteur de cette étude, a commenté ces résultats en affirmant que “la morale à retenir de ces recherches – pour les médecins, les responsables de la santé et les chercheurs – est que si nous voulons concevoir des programmes de santé publique, capables de réduire le coût énorme des maladies liées au style de vie, nous devons nous concentrer sur la façon dont ces facteurs de risque fonctionnent ensemble, plutôt que de les prendre isolément“. Le docteur Melody Ding, directrice de l’étude, a ajouté : “Notre étude montre que nous devons vraiment prendre en compte ces comportements ensemble, aussi sérieusement que nous considérons d’autres facteurs de risque comme l’alcoolisme et le déséquilibre alimentaire.“AFP/RelaxnewsSource : Ding D, Rogers K, van der Ploeg H, Stamatakis E, Bauman AE. Traditional and emerging lifestyle risk behaviors and all-cause mortality in middle-aged and older adults: evidence from a large population-based Australian cohort. PLOS Medicine 2015, December 8. DOI: 10.1371 (

article en ligne).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *