Un traitement contre l'infection à staphylocoque doré bientôt à l’essai

Le staphylocoque doré détruit les globules rouges pour y prendre le fer afin de se nourrir et se multiplier. Une récente découverte de l’Inserm montre que deux toxines sont impliquées dans ce mécanisme et que leur blocage serait efficace dans la lutte contre cette bactérie, à l’origine de nombreuses infections très graves en milieu hospitalier.

Le staphylocoque doré, bactérie redoutable, est responsable de nombreuses infections nosocomiales;

En France, 4 000 décès par anLe

staphylocoque doré est une bactérie pathogène pour l’homme qui  infecte plus particulièrement les personnes affaiblies. Redoutée en milieu hospitalier, elle est à l’origine de nombreuses

infections nosocomiales, c’est-à-dire, des infections acquises à l’hôpital. En France, le ministère de la Santé estime qu’elles sont la cause directe de 4 000 décès chaque année. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) rapporte qu’aux Etats-Unis, un patient hospitalisé sur 136 est victime d’une infection nosocomiale. Soit deux millions de cas chaque année et 80 000 décès.Une bactérie voleuse de ferDes chercheurs ont découvert que le staphylocoque doré détruisait les

globules rouges de sa victime afin de s’emparer du

fer, nécessaire à sa propre énergie. Grâce à ce nutriment, le microbe se multiplie. Une collaboration entre trois équipes de l’Inserm et une équipe américaine s’est intéressée au mécanisme d’approvisionnement du staphylocoque doré en fer. L’Inserm révèle que cette “bactérie est capable de voler le fer lié à l’

hémoglobine dans les globules rouges“. A l’origine de ces travaux, des équipes ont découvert que “deux toxines sécrétées par le staphylocoque doré – LukED et HlgAB – détruisent des cellules immunitaires de l’hôte, les

neutrophiles en se fixant à un récepteur spécifique“. L’Inserm souligne qu’un homologue de ce récepteur avait déjà été identifié à la surface des globules rouges, les équipes ont donc voulu déterminer le rôle de ce récepteur baptisé DARC (Duffy Antigen Receptor for Chemokines) lors d’une infection par le staphylocoque doré. Résultat : en se fixant sur les récepteurs DARC des globules rouges, les deux toxines peuvent le détruire pour récupérer le fer nécessaire à la prolifération du staphylocoque doré. “Le staphylocoque doré semble donc en mesure de détruire les globules rouges par l’intermédiaire de leur récepteur DARC “.Sans fer et sans récepteur, la bactérie est privée de nutrimentLes chercheurs ont observé par ailleurs qu’une “déficience en récepteur DARC au niveau des globules rouges est associée à une résistance de ces globules aux deux toxines“.Le staphylocoque doré a ensuite été mis en culture dans trois conditions différentes.

  • Dans le premier cas, la bactérie évoluait dans un milieu sans fer,
  • Dans un second elle se trouvait dans un milieu enrichi en fer
  • Et dans une dernière culture, elle était entourée de globules rouges traités aux toxines LuKED et HlgAB.

Résultat : le staphylocoque doré ne prolifère pas en l’absence de fer. “Le staphylocoque doré détruit les globules rouges via ces deux toxines pour subvenir à ses besoins en fer. Il le détache de l’hémoglobine par un mécanisme qui reste à découvrir“, résume Thomas Henry, coauteur des travaux.Un nouveau médicament en perspectiveIl semblerait donc que le blocage de ces deux toxines soit efficace dans le traitement de ces infections. “Deux toxines sont en effet beaucoup plus faciles à cibler qu’un récepteur chez l’hôte“, note le chercheur cité par l’Inserm. “En outre, bloquer leur activité permettrait de faire d’une pierre deux coups, en les empêchant de détruire à la fois les neutrophiles et les globules rouges“.Selon les chercheurs, un médicament pourrait bientôt voir le jour. L’Inserm rapporte qu’un laboratoire développe actuellement “deux anticorps monoclonaux dirigés contre six toxines produites par le staphylocoque doré, dont LukED et HlgAB“. Les essais devraient démarrer chez l’homme avant la fin de l’année 2015.AFP/RelaxnewsSources :Le staphylocoque doré, un voleur de fer,

Inserm, 16 octobre 2015.Spaan AN, Reyes-Robles T, Badiou C, Cochet S et al. Staphylococcus aureus Targets the Duffy Antigen Receptor for Chemokines (DARC) to Lyse Erythrocytes,

Cell, Host & Microbe, Science Direct 2015; 18, 9: 363-70.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *