Des chercheurs ont analysé les symptômes de crises migraineuses issues de deux mécanismes distincts

Des scientifiques danois ont testé deux voies moléculaires de la migraine en administrant des médicaments à des patients, afin de déterminer si les signes cliniques des crises se manifestent (ou non) de la même manière selon ces deux mécanismes.

Les 17 patients qui ont souffert de céphalées ont présenté des symptômes similaires typiques de la migraine tels qu'une douleur localisée (77%), des nausées (65%) et de l'intolérance au bruit (94%).

Des médecins danois de l’université de Copenhague publient une  étude dans la revue 

Cephalalgia, qui a pour objet d’analyser ces deux mécanismes afin de déterminer s’ils présentent des signes cliniques similaires lors de la survenue des crises, tels que l’intolérance à la lumière et/ou au bruit, les nausées ou l’aggravation par l’effort.L’augmentation du monophosphate d’adénosine cyclique, qui peut être stimulé par perfusion intraveineuse d’une molécule reliant des acides aminés (peptide lié au gène calcitonine), est l’une de ces voies moléculaires identifiées comme médiatrice de la douleur ressentie pendant la migraine.

Le deuxième mécanisme déclencheur de migraine identifié par les chercheurs est le monophosphate de guanosine cyclique (cGMP), une molécule qui se régule sous les actions du

sildénafil inhibiteur de la phosphodiesterase-5, et que l’on trouve dans certains médicaments pour traiter les

dysfonctions érectiles.Des signes similaires chez les patients migraineux, peu importe le mécanismeLe Dr Younis, qui a dirigé l’étude, a injecté par intraveineuse des doses de peptide lié au gène de la calcitonine (CGRP) à 27 participants, ainsi qu’un comprimé oral de sildénafil. La localisation et la qualité de la douleur des crises, ainsi que les symptômes connexes et les facteurs déclenchant associés, ont été comparés dans le cadre d’une étude randomisée en double aveugle. Les participants ont reçu le CGRP et le sildénafil sur deux jours distincts. A l’issue de l’expérience, 17 patients ont développé une migraine après la prise des deux médicaments, tandis que 8 patients ont développé une migraine en une seule journée (sept après le sildénafil et un après le peptide lié au gène calcitonine). Les deux patients restant n’ont pas subi de migraine.Les 17 patients qui ont souffert de céphalées ont présenté des symptômes similaires typiques de la migraine tels qu’une douleur localisée (77%), des nausées (65%) et de l’intolérance au bruit (94%).”Les résultats de cette étude aideront les chercheurs à explorer les points communs de l’initiation d’une crise migraineuse et pourraient représenter une piste de recherche pour de nouvelles thérapies préventives“, conclut le Dr Younis.

Les différentes causes de migraine

Click Here: cheap nrl jerseys

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *