L'Eglise de Scientologie au banc des accusés

Mise en cause dans l’affaire d’escroquerie en bande organisée et d’exercice illégal de la pharmacie, l’église de Scientologie comparait depuis le 25 mai face à des anciens adeptes et une entreprise qui travaillait pour son compte devant le tribunal de Paris. Ce procès est prévu pour durer 3 semaines et pourrait, malgré les pressions diverses, aboutir à une dissolution de la représentation de l’organisation en France.

Pas facile d’amener l’église de Scientologie devant les tribunaux. Sur 7 plaignants, seuls 2 ont décidé de poursuivre leur action en justice à l’encontre de l’organisation de Ron Hubbard, les autres ayant été “découragés“ par la secte qui, selon liberation.fr, leur aurait versé jusqu’à 33 000 euros en échange de leur silence !Les faits en cours de jugement concernent les méthodes de l’auto-proclamée Eglise. Les parties civiles vont en particulier témoigner de son mode de “recrutement“ très particulier et des obligations financières disproportionnées qui en découlent. En effet, les futurs adeptes sont contactés par des membres de la secte via un test de personnalité permettant de sélectionner les plus fragiles. Un séminaire leur est alors proposé contre plusieurs milliers d’euros. Au total, plusieurs dizaines de milliers d’euros seraient soutirés à chaque victime. Dans le panier des adeptes : un électromètre sensé déterminer la “pression mentale“, pour 5 000 euros environ… En réalité, il s’agit d’un simple ohmmètre sensible aux variations de pression physique (coût de fabrication : quelques dizaines d’euros). L’utilisation de cet ohmmètre fait partie d’un panel de pseudo-thérapies (avec la consommation massive de vitamines et des séances de sauna…) expliquant une autre accusation traitée lors de ce procès, celle d’exercice illégal de la pharmacie. Dans le cadre de ce suivi parapsychologique, il faut aussi investir dans des manuels d’“accompagnement“ vendus… 60 à 300 euros (l’unité) par la SEL (librairie de la Scientologie), elle-aussi mise en cause par le tribunal. C’est le second procès de l’Eglise de Scientologie en France. Le précédent a eu lieu en 2003 pour des faits similaires, mais le jugement avait relaxé l’organisation pour le chef d’accusation d’escroquerie tout en la condamnant pour des infractions à la loi relative aux fichiers informatiques (Informatique et Liberté). Si elle est cette fois-ci reconnue coupable, la branche française de la Scientologie basée à Paris pourrait être dissoute sur ordre du tribunal. Une semaine après la publication du rapport de la Miviludes dénonçant l’influence croissante des sectes, ce procès permet à nouveau d’évoquer les techniques de manipulation mentale et de captation d’argent sous couvert de psychologie, d’empathie, etc. Mais pour sa défense, la scientologie a évoqué d’emblée un procès en hérésie. Pourtant est-il vraiment anormal de s’interroger sur un mouvement affirmant qu’un empereur extra-terrestre, Xenu, serait à l’origine des maux psychologiques des humains, mouvement dont les adeptes vous tiennent de plus tous le même discours enjôleur et vendent à prix exorbitant différents livres et objets (ils seraient 8 millions dans le monde et ont pignon sur rue à Paris, dans le 17ème arrondissement) ? Pour en savoir plus sur ce mouvement encore méconnu en France, un reportage d’Arte sur les Anonymous, mouvement de cyber-activistes de différents pays luttant contre l’emprise de la Scientologie :  

REPORTAGE ANONYMOUS ANTI SCIENTOLOGIE
envoyé par

DOCUMENTAIREROOTSSources : Liberation.fr, europe1.fr, 25 et 26 mai 2009
Click Here: Golf special

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *